La rançon de la gloire

J’aurais tout aussi bien pu intituler ce billet « le prix du travail ». Mais j’ai préféré parler de rançon de la gloire, comme si le travail apportait nécessairement réussite et autres fins positives.

Car sincèrement, plus ça va, moins je vois le jour. J’ai passé une semaine de folie, j’ai l’impression que dimanche était hier et je viens de me rendre compte qu’on était déjà vendredi.

C’est dingue, quand on est lancé dans notre truc, c’est comme si l’on avait des œillères, on ne vit plus dans le même espace temps que ceux qui nous entourent et ça, c’est à la fois génial et très inquiétant.

Certes, cela nous permet de travailler comme des acharnés, sans regarder la pendule toutes les cinq minutes parce qu’il faut partir à 17h pile. Certes, on avance dans nos projets, on se sent progresser, et ça, ça rend fier.

Mais par ailleurs – car il y a presque toujours un revers de la médaille – on ne peut pas être certain que tout ce travail sera récompensé à sa juste valeur. En effet, même si l’on bosse comme une malade, que l’on abat deux fois plus de travail que notre collègue de droite et qu’on s’efforce de ne jamais s’arrêter un seul jour de l’année, même lorsqu’on est au bord de l’évanouissement, si la direction a décidé de donner la promotion qu’on estime être en droit de mériter à notre fameuse collègue-de-droite-qui-ne-fout-rien, on ne peut rien y faire.

Ca, je sais qu’il faut en être conscient. Pourtant, je suis incapable d’agir en me reposant sur ce principe de « peut-être que tout ce que tu fais ne servira à rien ». Je préfère me dire que, quoi qu’il arrive, je bosse du mieux que je peux, je fais le maximum, je me donne à fond dans ce que je fais et advienne que pourra. Si ça ne marche pas, j’aurais au moins appris beaucoup de choses sur moi, mes capacités, et je serais montée en compétences. Et si ça fonctionne, et bien je pourrais hurler comme une dingue et faire la danse de la joie car d’une part, je l’aurais mérité moi, et d’autre part, je n’aurais pas eu besoin de coucher pour l’avoir, cette promotion – parce que, sérieusement, d’après ce que je vois dans ma boîte, ça doit bien aider, la promotion canapé.

Voilà pourquoi j’ai décidé de titrer ce billet « la rançon de la gloire ». Car je suis déterminée à penser que mon travail m’apportera gloire, amour et argent (bon, euh, pour amour et argent, peut-être pas, mais pour gloire, plus certainement) si tant est que je considère que cette gloire sera la mienne, celle qui prouve que je suis une killeuse, je sais faire tel ou tel truc que je ne connaissais pas quelques semaines auparavant, etc.

Bon, par contre, ma rançon de la gloire cette semaine, c’est que j’ai passé tellement de temps devant mon ordi que je n’ai pas vraiment pu voir la lumière du jour. Du coup, je suis toute pâle, mais vraiment hein, genre le teint livide des gothiques – même pas la peine de me peinturlurer en blanc. Ensuite, j’ai  bossé avec un tel acharnement que les problématiques du boulot m’ont suivi jusque dans mon lit et que toute la semaine, j’ai rêvé de mes dossiers, de mes clients, de mes projets. Du coup, j’ai tellement mal dormi que j’ai des cernes de malade. Pour vous dire, j’ai même renoncé à me maquiller ce matin, ça ne les atténuait même pas, au contraire, on les voyait encore plus. Et enfin, je vis sur un nuage permanent, je suis tellement concentrée sur ce que je fais que j’ai toujours deux temps de retard lorsqu’on me demande quelque chose.

Le pire, dans tout ça, c’est que ça ne me dérange même pas. Je me suis fixée des projets, des objectifs personnels, et j’ai décidé de ne rien lâcher jusqu’à ce que j’y arrive. Ouais, je suis d’accord, je deviens un peu accro. Mais en même temps, mieux vaut voir la vie comme ça, nan ?

Et vous, c’est quoi votre rançon de la gloire ? Y’en a bien une ou deux qui sont jardinières et qui ont tout le temps les doigts plein de terre ? (La première qui me dit que sa rançon de la gloire, c’est de bosser dans un magasin de fringues de luxe et d’avoir des super belles sapes gratos, je la tape).

Vous aimerez peut-être aussi :

20 comments

  1. MELODY says:

    Bonjour ma coupine !!!!

    J’adore les gens supra motivés, comme toi. Rien ne vient tout seul et je suis admirative de ta combativité !

    Tu as bien raison de voir les choses comme ça et si on était tous comme toi, le monde tournerait peut-être mieux.

    Je suis sûre que tes efforts finiront par être récompensés, et je te le souhaite de tout mon cœur, ne lâche pas ma belle, la persévérance finie toujours par payer et nous récompenser !

    Je suis un peu comme ça aussi, je n’aime pas me contenter du bas de l’échelle et j’aime sentir que j’évolue. C’est peut-être pour ça que je fourmille d’idées pour me développer, j’ai envie de créer et développer mes propres activités. Tu me donne un peu de ta combativité ?

    Passe une belle journée et belle, et surtout ne lâche rien !

    Gros bisouxxx ma louloute !

  2. annick says:

    je sais que je ne serai jamais remerciée à ma juste valeur dans mon job, je ne suis qu’une administrative après tout mais je m’en fous. ce n’est pas dans le travail que je trouverai le bonheur.

  3. ducotedechezlaet says:

    Moi je suis assez orientée boulot aussi, surtout en ce moment, car j’ai un gros projet perso (dont je parlerais peut être un jour) et que je m’y investis à 300%
    J’ai la chance de faire un métier que j’adore… c’est une passion pour moi! Je me suis toujours super investie dans mes missions, même lorsque le challenge était moins important. Avec le recul, je sais que ça a porté ses fruits, même si ceux-là n’étaient pas pécuniaires. On sort forcément grandit professionnellement de notre « acharnement » ou plutot « investissement ».
    Tu as bien raison d’aller au bout de tes objectifs!

  4. Marie-Do Ado Mode d'Emploi says:

    Moi aussi je l’ai « la fameuse collègue-de-droite-qui-ne-fout-rien » et ça m’énerve.
    De plus la mienne non seulement elle fout rien mais en plus elle s’en fout de tout. Une tête à claques !
    Mais bon j’ai la chance d’avoir un chef qui reconnait mon boulot, et ça c’est le principal.
    De toute façon on est les meilleures, non ?

  5. So busy ! says:

    @ Melody : merci, ma belle, c’est gentil tout ce que tu me dis là. Je te donne de ma combativité sans problème, depuis un moment, et encore plus depuis une semaine, j’en ai à revendre ! Mon projet se précise et je vais bientôt pouvoir t’en parler ;) je suis contente si tu fourmilles d’idées et que tu as envie de créer tes propres activités, j’ai toujours été admirative de cet esprit entrepreneurial au sens large, je trouve ça très productif.
    Bon courage pour tes cartons, tes idées et tes futurs projets, j’espère que tu me parleras de tout ça hein ! Je te fais de gros bisous ma belle, et passe une très bonne journée ;)

    @ Annick : du moment que tu sais à quoi t’attendre et que ça te convient…néanmoins, j’ai toujours trouvé ça dommage qu’on ne sache pas féliciter et apprécier les gens pour leur travail. Ce n’est pas parce que tu es une administrative que tu ne contribues pas au chiffre d’affaires de l’entreprise…

    @ ducotedechezlaet : d’après ce que tu me dis, je vois que tu es aussi sinon plus acharnée que moi ! Bravo, je trouve ça génial de se donner à fond comme ça, et je trouve que peu de personnes (et de moins en moins de jeunes) ont cette attitude là de nos jours. Franchement, c’est vraiment dommage…En tout cas, c’est super pour toi que ton job te passionne, tout le monde n’a pas cette chance ;)
    Génial pour ton projet perso, j’espère de tout coeur que tu y arriveras ! ;) Et éventuellement, que tu m’en parleras, je suis toujours très admirative de ceux qui ont le courage de se lancer dans des grands projets comme ça… Bon courage à toi, ma Laet, bosse bien et à très vite ! Biiiisous

    @ Marie-Do : mdr mais oui, t’as bien raison, c’est nous les meilleures ET C’EST TOUT ! Les autres, on les enfume… :)

    @ S : merci, c’est gentil, et je pense que tu as raison : la satisfaction du travail accompli, c’est devenu ma drogue ;)

  6. So busy ! says:

    @ MzelleNinie : alors là, par contre, quand j’aurais des enfants, je sens que ça va se compliquer un petit peu…comme tu dis, ça passera encore plus vite et je pourrais moins être disponible pour mon boulot d’acharnée. Raison de plus pour en profiter un max maintenant ! ;)

  7. MELODY says:

    Bien sûr que je t’en parlerais ma belle ne t’inquiète pas ! Ah ? Si ça se précise, j’ai hâte de savoir, tu me rend curieuse xD

    Belle journée à toi et un excellent weekend ma coupine adorée ♥

  8. So busy ! says:

    Coooool je serais dans la confidence du total secret, je suis contente ! :) Sinon t’inquiète, je vais te raconter tout ça dans mon prochain mail, je suis un peu débordée là, mais je m’en occupe dimanche, promis ! ;) Bonne journée à toi aussi ma coupine, bisous bisous !

  9. Arsinoe la Crapaude says:

    Fais ce que tu veux, essaie de ne pas te faire exploiter non plus, mais bon, t’as que 24 ans et la vie devant toi, c’est normal que tu t’investisses à fond ! Mais n’oublie pas d’être heureuse en chemin…
    Pour la gloire, j’en ai pas, donc pas de revers non plus ;)

  10. Aizen says:

    Quelle combativité! ça force le respect. ^^
    Je pense que « la rançon de la gloire » c’est une façon d’appréhender les choses de façon manichéenne. C’est surtout un équilibre, le sien, qu’il faut trouver. Parfois, le revers d’une médaille amène aussi des progrès, parce que cela nous fait avancer dans l’adversité. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, en tout cas pas chez moi. Sinon je partage tout à fait ton teint livide et les cernes par moment. ^^

  11. Chine et Patine says:

    bravo, il faut avoir de l’ambition c’est la base du succès. En plus il n’y a rien de pire que de s’ennuyer au travail. Mais avec le temps…on revoit parfois ses priorités et on apprend à doser. Enfin c’est mon cas, j’ai 35 ans!

  12. So busy ! says:

    C’est bien vrai, c’est pesant de s’ennuyer au boulot. Mais je veux bien croire qu’avec le temps, on change de priorités…c’est d’ailleurs pour ça que je veux donner un bon coup d’accélération à ma vie professionnelle, car je me doute que dans quelques années, quand j’aurais des enfants, j’aurais d’autres choses/envies en tête !

Laisser un commentaire