J’aime bien les immeubles à Paris, on dirait des maisons Playmobil

Non, je ne suis pas devenue dingue, et non, je ne retombe pas soudainement en enfance – enfin, pas que je sache. C’est juste que même si cela fait maintenant plus d’un an que j’habite à Paris, cela m’amuse toujours autant d’observer les immeubles d’en face et de voir la façon dont les gens vivent.

Car un parisien, il faut le savoir, ne met pas de rideau à ses fenêtres. Il est habitué à avoir un vis-à-vis hallucinant – d’ailleurs, utiliser l’expression « vis-à-vis » pour décrire toutes les dizaines de paires d’yeux susceptibles de voir tes moindres faits et gestes, c’est presque un euphémisme.

Chacun vaque donc à ses occupations sans jamais tirer le moindre rideau, sans prendre conscience qu’un inconnu pourrait les observer en toute impunité, sans même chercher à préserver leur intimité. Et c’est ce sentiment à la fois unique et étrange qui me fait penser aux maisons Playmobil.

En effet, lorsque par hasard je me risque à faire un tour sur mon balcon et que la nuit est déjà tombée, j’ai une vue imprenable sur l’immeuble d’en face. A chaque appart’ sa famille, et derrière chaque fenêtre, j’imagine une femme seule en train de donner le bain à ses deux enfants, un vieil homme qui s’apprête à dîner, une ado au téléphone, un jeune couple devant la télé, bref toute une panoplie d’activités banales répétées à l’infini.

Et lorsque je pense à tout cela, et que je multiplie ce nombre par le nombre d’immeubles qu’il peut y avoir dans Paris, je me rends encore plus compte que d’habitude que nous représentons à nous tous des milliers de personnalités différentes…qui effectuent chaque jour les mêmes tâches quotidiennes.

Du coup, de réfléchir ainsi, ça me fait avoir des pensées quasi philosophiques du genre « nous sommes tous des êtres exceptionnels de par notre personnalité, mais nous sommes aussi tous des êtres ordinaires de par nos activités ». Là, tu te dis que j’enfonce des portes ouvertes et que cela ne nous apporte pas grand-chose.

Mais si tu es de mauvaise foi – c’est là que ça peut devenir intéressant ! –, ça se transforme en « je suis un être exceptionnel de par ma personnalité de total winner, et les autres sont des êtres ordinaires et sans intérêt ».

A présent, avec ces bêtises, il me suffit de voir une maison Playmobil dans un magasin de jouet pour me sentir regonflée à bloc. Ouais, je sais, il me faut pas grand-chose…

8 comments

  1. Mo les bons tuyaux says:

    Ohhhhh ça me rappelle tellement de bons souvenirs de ma vie parisienne ce petit post ! En effet, après une petite période d’adaptation, j’avais aussi pris pour habitude d’observer la vie de mes voisins d’en face. J’avais le « jeune cadre dynamique » qui arrosait ses fleurs tous les soirs en rentrant du boulot, encore en costume, la « Bridget Jones » qui se faisait des soirées mémorables avec ses copines ou passait parfois 2h à se préparer, voire à s’épiler sur son balcon (!), l’appartement éternellement vide avec sa porte de placard ouverte, la « petite vieille insomniaque » qui se mettait dans son fauteuil près de la fenêtre en pleine nuit pour lire…Bref, chacun avait sa place… Et moi, j’avoue qu’ils me manquent tous un peu maintenant que je suis en province et que j’ai vue sur des arbres ! Les écureuils ont une vie nettement moins palpitante :)

  2. Justine says:

    Depuis qu’on a enfin mis des rideaux chez nous, je me sens ENFIN chez moi !! mais on a quand même de la chance parce que le vis-à-vis le plus proche se situe à environ 50-60m de chez nous, donc ça va, on ne peut pas regarder la télé avec le voisin ! et inversement…

    Bonne journée :)

  3. abcemploi says:

    L’image et l’intro de ton article m’a fait penser à quelque chose de mon enfance. J’étais en voiture avec mes parents, et de loin il y avait une ville. La nuit était tombée. On voyait les lumières des immeubles au loin et cela me faisait penser à des diamants dans une boîte à bijoux. bon c’est peut-être sans intérêt ce que je raconte-là, mais voilà, j’avais envie de le dire.

  4. June says:

    Tiens c’est marrant ça, moi ça ne me viendrait pas à l’esprit de ne pas avoir de rideaux. D’ailleurs si ils étaient pas compris dans l’appart (ma proprio est la meilleure elle pense à tout et en plus elle a bon gouts !) j’en aurai mis… Ceci dit je vis sur Lille et pas Paris mais bon.
    Je dois quand même mettre des stores dans la chambre pour avoir le noir total la nuit. (Et personne qui peut voir mon ombre quand je me change ou quoi lol)

  5. MELODY says:

    Coucou ma coupine !!!

    J’espère que tu vas bien aujourd’hui !

    De beaux souvenirs de Paris en te lisant ce matin, mais perso, je ne supporte pas de ne pas avoir de rideaux … J’ai l’impression qu’il manque quelque chose d’essentiel et je ne me sens pas à l’aise.

    C’est vrai que le parisien pur souche ne met pas forcément de rideau à sa fenêtre, selon moi, un manque d’intimité certain.

    Gros bisouxxx ma belle et passe une douce journée !

  6. estelle says:

    j’adore ton billet
    un conseil tu devrais aller au « playmobil fun park » à fresnes… hihihi…. tu serais gâtée en playmobil et maisons de playmobil

  7. Ragnagna says:

    J’adore regarder chez les gens aussi !!! Voir ces petits bouts de vie, ces instants volés !
    Je les vois bien en particulier en rentrant du boulot dans mon train de banlieue la nuit.

    Je n’avais jamais associé au côté Playmobil mais je partage le même sentiment !

Laisser un commentaire