Communication excessive





Je sais que cela peut paraître étrange, voire insolite. Certains diront même que ce n’est pas un problème ni un défaut dans un monde où la communication est devenue essentielle. Pourtant, trop communiquer peut parfois devenir gênant.


En fait, je pense que cela irait si je n’étais aussi perfectionniste. Je veux toujours que les choses que je fais soient parfaites. Ainsi, lorsque je reçois des invités chez moi, je suis capable de passer plusieurs heures à faire le ménage dans l’appartement alors qu’il n’était pas si sale que ça. Je me mets dans un état de stress impressionnant et au moindre détail qui ne se passe pas comme je l’avais prévu, tout mon château de cartes s’écroule.

Nous n’avons plus de savon pour que nos invités puissent se laver les mains dans la salle de bain ? Je tanne mon homme pour qu’il aille en acheter dans la minute, même s’il lui faut pour cela traverser tout Paris. Je réagis bien sûr de la même manière s’il nous manque du sel, du poivre ou des serviettes en papier, après avoir pris soin de me taper violemment la tête 37 fois contre le mur et de me hurler « mais quelle crétine, quelle crétine !! ».

Cela peut paraître excessif, comme ça, mais ce n’est rien comparé au caractère irrépressible de ce comportement. A chaque fois qu’on invite des gens à la maison, que ce soient des personnes très proches ou au contraire des gens que je n’ai jamais vu, je sais qu’il faut que je me contienne, je suis tout à fait consciente que me mettre dans des états pareils ne riment à rien et nuit à tout le monde – et à moi la première – mais impossible de me retenir. Il m’est quasiment impossible de ne pas exprimer mes sentiments les plus profonds.

Alors bien sûr, comme par ailleurs je prône très souvent le consensus et je n’aime pas spécialement générer des conflits, j’essaye d’être arrangeante, de ne pas aborder les sujets qui fâchent, d’anticiper ce surcroît de communication naturelle. Car je sais pertinemment que personne ne sera dupe si je mens ou si je fais une réflexion plus ou moins hypocrite.

D’une part parce que je suis incapable de mentir, même pour un mensonge tout bête. Si j’abîme la porte d’entrée de l’immeuble et malgré le fait que je sache que tous les habitants ont cogné toutes sortes de choses contre cette porte et ont bien plus contribué que moi à sa détérioration, je ne pourrais me retenir de rougir et de me sentir coupable si un voisin râleur m’interpelle et me demande si je sais qui est responsable des affreuses traces en question.

D’autre part, parce qu’on lit tout sur mon visage. Même lorsque je crois bien mentir, on me voit arriver à trois kilomètres. Pour vous dire, la chose va si loin que mes proches ne me mettent même plus dans la confidence lorsqu’ils organisent une fête surprise de peur que je livre malgré moi le secret au principal intéressé.

Vous voyez, je ne vous mentais pas lorsque je vous disais que je communiquais de manière excessive. Il n’y a pas besoin de s’appeler Dr Lightman (de la série américaine Lie To Me, expert spécialisé en expressions corporelles, ndlr) pour décrypter le moindre de mes faits et gestes.

La seule chose qui me sauve, heureusement, c’est que dans les repas de famille, entre mon homme qui met toujours les pieds dans le plat et cherche le débat, sa sœur qui adore attirer l’attention sur elle et qui coupe la parole aux autres sans arrêt, ma belle-mère qui parle fort et qui change de sujet toutes les 34 secondes et mes beaux-frères qui essayent de participer tant bien que mal à la discussion, mon silence calculé et stratégique passe souvent inaperçu…et surtout, je n’ai jamais besoin d’essayer d’être hypocrite par politesse !

15 comments

  1. chelsea84 says:

    pffff ca doit être pénible d’être comme ça ! y a aucune intimité des sentiments quand ton visage est un livre ouvert. Moi je mens très bien… sauf pour les choses qui m’ont fait de la peine. Là, je suis incapable de dire « non mais laisse c’est pas grave ». Paraît que j’ai les yeux tristes malgré le sourire. Et déjà que ça, ça m’embete heureusement que le reste j’arrive à le planquer.

  2. So busy ! says:

    @ annick : on est pareilles ;)

    @ douceur littéraire : merci ma belle, c’est gentil…ça me rassure de voir que je ne suis pas toute seule dans ce cas ;)

    @ chelsea84 : c’est exactement ça ! Tu as tout compris. Du coup, je me sens très souvent vulnérable et à fleur de peau, même lorsque je suis « forte »…ce n’est pas simple au quotidien

  3. Rose says:

    Ah, tu parles, moi, je communique parfois trop, que ce soit à des inconnus ou à mon Chéri, mais merde, je suis comme ca, et je vais pas changer ! Je m’fais une genre de carapace quand j’suis avec des inconnus, en disant beaucoup sur moi mais en cachant des trucs derrière ! C’est un peu contradictoire, mais je me comprends.

    En tout cas, on est deux à ne pas savir mentir. Mon copain sait tout : Famille, ami(e)s, sexe, argent, je ne lui cache rien du tout pour la simple raison de un) Je n’aime pas ca, j’ai besoin de dire ca/ci/truc, de deux) J’ai l’impression de lui mentir, sinon, de trois) Tout dire, c’est la meilleure façon d’après moi pour ne pas avoir des emmerdes !

  4. Mimilie says:

    Tu sais quoi, je suis comme toi, tout se lit sur moi, je suis si sensible que la moindre contrariété se lit sur mon visage.
    Mais maintenant, je vais te dire c’est mon arme, ma force. Je suis une communicative naturelle, j’aime on le sait, j’aime pas, c’est pareil. Et pas besoin de mots pour ça. Tu regardes mes yeux et tu sais si je t’aime bien ou pas.
    Avant j’essayais de m’excuser de mon comportement, je ne me trouvais pas à ma place. Maintenant c’est différent, j’accepte d’être comme je suis. Ce n’est ni bien, ni mal et je ne culpabilise plus. Parce que j’estime que chacun a une part de responsabilité, y a plus de sel ? En même temps je suis pas la seule à vivre chez nous. J’aurais pu y penser, mais les autres aussi. Ultra caricatural mais c’est pour te montrer le truc.
    Ma vulnérabilité en est devenue ma force. Et puis y a pas mal d’avantages à être comme nous : on est attachantes, franches (même si on dit rien, c’est quand même super chouette), l’hypocrisie on connait pas, et les gens nous trouvent vraies !
    Bref, je pourrais te faire un livre sur tout ça, tout mon cheminement, mais ce serait trop long ;)
    Biz So buzy

  5. MELODY says:

    Bonjour ma coupine !

    J’espère que tu vas bien ce matin !

    Je suis moi aussi très communicative, peu être même sûrement trop ! Je garde parfois le silence pour être sûre de ne pas dire ce qu’il ne faut pas, c’est souvent bien mieux !

    Je t’envoie plein de gros bisouxxx ma belle en espérant te relire très vite par email (ça fait quelques jours que j’ai envie de t’écrire et je n’ai jamais le temps :s).

    Prends bien soin de toi et belle journée !

  6. Mère Lacunaire says:

    Je suis comme toi, incapable de mentir ou de faire l’hypocrite, on lit en moi comme dans un livre ! Mais que veux tu, on est comme on est (je sais, je suis hautement philosophique aujourd’hui …)

    Et si tu invitais moins souvent du monde, tu passerais sûrement des we plus cools ?! Se faire inviter, voilà le bon plan !!

  7. Laurie says:

    Je me suis bien reconnue dans la première partie de l’article ! Comme toi, je suis dans un état de quasi-hystérie quand il s’agit de recevoir du monde. Le pire, quand mes beaux-parents viennent passer plusieurs jours à la maison. Branle bas de combat et angoisse totale.
    Finalement, tout se passe bien et on finit toujours par se dire que c’etait idiot d’angoisser autant … jusqu’à la prochaine fois ! :o)

  8. So busy ! says:

    @ Rose : j’ai tout à fait compris ce que tu voulais dire, j’étais un peu comme ça moi aussi il n’y a pas si longtemps, on en dit beaucoup histoire de noyer le poisson, et on se sent mieux protégé du coup des choses qu’on ne veut surtout pas divulguer ou laisser penser…Et j’ai la même définition que toi du mensonge : attrape-embrouilles ! J’ai toujours l’impression que ça va resurgir un jour…Hé, copine de galère, je crois qu’on est pareilles ! ^^

    @ Mimilie : je veux bien le lire, moi, ton livre car je trouve que tu parles très bien de tout ça ;) C’est exactement ce que je ressens !
    C’est certain que lorsqu’on n’aime pas quelqu’un, rien à faire, impossible de le cacher, mais au moins tout est clair.
    Et puis en ce qui concerne notre côté attachant, je crois que tu dois avoir raison aussi, et cela doit être d’autant plus vrai que les gens qui nous entourent ne sont pas aussi francs que nous (il y a beaucoup de politiquement correct un peu partout je trouve). Bref, vive nous ! :)

    @ carolyne : exactement ! T’as tout compris ma Caro ;)

    @ Melody : coucou ma belle, et bah alors, tu es débordée ?! Tu n’arrêtes pas ? Prends le temps de te poser un peu, hein, et j’espère que tu as pu te reposer ce weekend. Sur ce point-là, je sais qu’on se ressemble assez, on communique beaucoup, et je pense que c’est une qualité (lorsqu’elle n’est pas excessive, mais après, à nous de poser les limites…!). Passe une très bonne journée, et je te dis à très vite ma belle ! Bisous ;)

    @ DarkGally : alors là, je te rejoins totalement ! C’est certain que pour être ténue, elle est ténue cette limite (et certains ne la saisissent pas du tout).

    @ Laurie : mdr ah, je vois que je ne suis pas la seule à péter un câble juste parce que j’ai des invités à recevoir dans 3h… :) et je fais exactement comme toi : je me dis que j’ai stressé pour rien…et je recommence à faire exactement la même chose ! Ah là là…on est incroyables hein ;)

Laisser un commentaire