C’est officiel, je suis courso-phobique

Hier, comme des milliers de gens, j’ai ouvert mon frigo et j’ai du me rendre à l’évidence : il était tellement vide que je pouvais faire entrer ma tête toute entière à l’intérieur (et pourtant, elle est grosse, ma tête). Donc, j’ai pris mon courage à deux mains, 4 ou 5 feuilles de papier, deux ou trois stylos et après avoir dressé une liste de courses plus longue que la lettre que les gamins écrivent au père noël, je suis partie d’un pas décidé vers le supermarché.

Comme je déteste ça, je m’étais bien organisée (enfin, j’avais essayé) : scannette dans la main gauche pour gagner du temps à la caisse, caddie que je tentais tant bien que mal de pousser de la main droite sans heurter personne, un œil sur la liste, l’autre sur ce que je devais acheter.

Comme je déteste ça, donc, j’ai voulu aller vite. Je courrais presque en poussant allégrement mon chariot d’un pas leste. Les cinq premières minutes, ça a fonctionné : je suivais ma liste dans l’ordre, je ne perdais pas de temps, j’avais le sourire. Mais très vite, tout a basculé.

Je m’étais donné comme objectif de tout finir en une heure. A froid, comme ça, ça paraissait faisable. Mais c’était sans compter les étalages mal rangés, les ruptures de stock sur les produits que j’ai l’habitude d’acheter, les déplacements de rayons, le monde fou qu’on pouvait croiser dans les allées, ni même les sans-gênes qui laissent trainer leurs caddies en plein milieu du passage.

Et moi, dans ces cas-là, je suis une vraie bonne poire qui attend patiemment sans rien dire que la personne daigne prendre son produit et se décaler lentement. Avec ma bonne tête, en plus, pas moins de trois personnes se sont adressées à moi pour que je les aide à attraper leur kilo de sucre, à lire la liste des ingrédients de la sauce béchamel ou tout simplement à trouver où ils avaient bien pu ranger les pots de tomates séchées. Et je suis tellement chanceuse que le temps de me retourner pour aller chercher mes tomates, une bonne femme m’avait piqué mon chariot sans le faire exprès et le temps que je comprenne ce qu’il s’était passé, que je retrouve mon caddie et que je m’explique avec elle, elle avait eu le temps de le remplir de tout plein d’aliments que je n’achète jamais et qu’il a donc fallu que je remette dans les rayons.

Au bout d’un quart d’heure, j’ai vite compris que cette situation n’allait pas être supportable, surtout si je voulais respecter ce fichu timing. Alors, j’ai changé de tactique, je l’ai joué « à la parisienne ».

J’ai poussé mon caddie tellement vite qu’on m’entendait débouler de l’autre bout de l’allée et que tout le monde se poussait sur mon passage, de peur que je les bouscule. Je suis arrivée comme une furie dans les rayons suivants, j’ai tout pris par paquet de deux (histoire de ne pas revenir faire ces fichues courses de sitôt), j’ai jeté violemment mes produits dans mon chariot. Et par la même occasion la scannette dont je vous parlais tout à l’heure, je crois d’ailleurs que j’ai bousillé l’écran ; j’ai fait style de rien auprès de la caissière, mais quand elle a vu avec quelle violence acharnée je balançais mes articles sur le tapis roulant, je crois qu’elle n’a pas été dupe.

Résultat : mon caddie était plein à craquer, prêt à déborder, on aurait cru que j’avais cinq ados en pleine croissance à la maison (heureusement, personne ne m’a posé la question, je n’ai donc pas eu à préciser qu’on n’était que deux). J’ai cru que j’allais faire mourir de peur une petite vieille qui a vu sa vie défiler devant ses yeux lorsque j’ai arrêté mon chariot à 3 cm d’elle (on ne dirait pas, comme ça, mais un caddie blindé, ça peut en terroriser plus d’un). J’ai perdu un temps fou à la caisse. A force de courir partout et de ne pas pouvoir enlever mon manteau faute de place sur ce chariot, j’avais chaud, j’étais rouge écarlate et pleine de sueur comme si j’avais couru 6 km.

Mais j’avais vaincu et j’étais fière de moi car mes courses étaient faites et j’étais enfin tranquille pour un mois, hors de question que je remette les pieds dans un supermarché avant, ça c’est clair. C’est d’ailleurs au moment où je me faisais cette réflexion, affalée sur le canapé, éreintée, les yeux mi-clos que mon homme a surgi de nulle part et m’a lâché nonchalamment un « au fait, faudra retourner faire les courses, t’as oublié d’acheter du sel et de la moutarde ». Je ne vous raconte pas comment ça s’est fini, mais vous vous doutez qu’on a évité de peu un conflit interplanétaire.

25 comments

  1. So busy ! says:

    Ah oui, mais là tu sais, hier je me suis dit que j’allais bientôt ne jurer plus que par ça, parce que je ne supporte plus d’aller faire mes courses à Paris. Dans certaines villes de province, ça doit être différent, mais là…
    Tu as raison, merci ma Bunny, je vais suivre ton conseil je crois ;)

  2. claire (chelsea84) says:

    moi aussi je fais que par internet ! Je choisie au bureau tranquille, je donne mon heure de passage et hop ! On met tout dans mon coffre. Durée de l’opération : 10 min. En plus, sans minimum d’achat, je fais même comme ca quand j’ai oublié le sel ou la moutarde ! :-)

  3. Justine says:

    J’avoue que c’est toujours la galère pour moi aussi ! je fais tout à pied et le supermarché dans lequel j’aime « bien aller » se trouve à 10 minutes de chez moi, quand Chéri vient avec moi pour porter les courses, ça va, à deux on arrive à prendre deux gros sacs, mais quand je suis toute seule et que j’arrive en bas de chez moi et que je sais qu’il faut encore que je monte trois étages, c’est la loose…

    D’ailleurs, il faut que j’aille faire des courses aujourd’hui, on a eu une invasion de mites alimentaires, on a presque du tout jeter ! La loose bis

    Bonne journée ;)

    PS / Monop’ livre à partir de 50 euros d’achat, ça c’est bien :)

  4. So busy ! says:

    @ Bunny : roh, t’es une sacrée chanceuse toi ;) Mais ton n’amoureux, il est trop gentil aussi ! Comme toi ^^

    @ claire : ah oui, si même pour le sel et la moutarde, tu peux y aller et qu’en moins de 10 minutes c’est plié à chaque fois, c’est la classe…je vais vraiment y penser tiens !

    @ Justine : mdr ma pauvre, je compatis, le coup de se ramener avec deux gros sacs (plus un bon sac à dos sur le dos pour ma part) et d’avoir encore deux étages à monter, je connais…et c’est la même galère à chaque fois, donc je compatis. Je ne savais pas du tout pour Monop’, c’est super ça ! Je vas aller regarder…bon courage pour tes courses et ta bataille contre les mites alimentaires, j’ai réussi à vaincre la mienne il y a deux mois, ce n’était pas une mince affaire !

  5. Kaellie says:

    Ici, les courses, c’est du travail d’équipe : je fais les courses en ligne et chéri va les chercher en sortant du boulot.
    Mais bon, je complète aussi avec des courses rapido chez le maraîcher ou dans un petit supermarché de quartier et, heureusement, je peux y aller en dehors des heures de pointe, ce qui préserve ma santé mentale !

  6. Gaëlle says:

    M’en parle pas des courses : moi je bouffe les restes et fais les fonds de tiroir pour tenir le plus longtemps possible sans faire les courses.
    Et puis là, avec Noël qui approche, ça va pas aller en s’arrangeant dans les magasins…

  7. zozo 45 says:

    quand on était sur paris je faisais en ligne, trop de cons dans les rayons, maintenant en province c’est plus cool, même si le moment de tout déballer et ranger à la caisse et toujours stressant vu comment mon caddie est blindé !!!

  8. Laurie says:

    Je suis la seule extra-terrestre à bien aimer faire les courses et à reluquer toutes les cochonneries et trucs inutiles dans les rayons … Il faut vraiment que je pense à m’acheter une vie ! :o)

  9. Mère Lacunaire says:

    Tu m’as bien fait rire ! C’est clair que depuis que je n’ai plus à faire les courses dans une grande ville, j’y vais moins à reculons ! Et les fois où ça me saoule trop, j’envoie mon homme. Seul soucis, les menus sont légèrement moins équilibrés dans ce cas là ;-)

  10. abcemploi says:

    Ah tu me feras toujours rire avec tes aventures ! Moi aussi je n’aimais pas trop ça mais le jour où j’ai vécu la (vraie) galère, je peux te dire que je rêvais de faire des courses pour de quoi manger (anecdote d’ancienne étudiante !). Actuellement ça mieux et depuis,je n’ose plus dire je déteste faire les courses mais « je suis contente de pouvoir faire les courses ». Par contre pour que ça soit fait avec sérénité, j’évite d’emmener mes enfants qui dévaliseraient les rayons gâteaux, bonbons….

  11. Emma says:

    Je déteste aussi faire les courses, enfin détestais plutôt. En passant environ 2 ans à Montréal j’ai pris l’habitude de faire mes courses en faite chez les commerçants et au marché du coin, et non pas dans les grandes surfaces. Et ça, ça a changé ma vie. Il faut juste penser à ne pas y aller le samedi ou le dimanche mais plutôt en semaine sinon c’est blindé et tu as tous les gens qui sont là le weekend en prenant tout leur temps sans se presser et ça par contre c’est pas mon truc. Donc les courses chez le commerçant ou au marché moi j’adore.

    Mais ceci dit, tu m’as bien fait rire! Ce que je déteste le plus dans les grandes surfaces se sont les files d’attentes à la caisse…. L’horreur quoi!

  12. So busy ! says:

    @ Kaellie : t’as bien raison d’essayer de préserver ta santé mentale, c’est important ! J’ai failli y laisser la mienne la dernière fois…Travail d’équipe, c’est une bonne idée ça, faudra que j’y pense ;)

    @ Gaëlle : mdr ! Moi, c’est un peu pareil. Je serais presque capable de ne manger que des pâtes pendant 3 semaines pour ne pas avoir à y retourner…

    @ La Petite Bulle D’Elo : tant mieux si ça t’a fait au moins sourire :) Moi aussi j’ai l’impression de ne faire que ça, c’est extrêmement agaçant d’ailleurs…

    @ zozo45 : roh oui, je suis bien d’accord, tous ces boulets de parisiens dans les rayons, c’est la plaie (dixit la parisienne ^^). J’ai hâte de déménager en Province !

    @ Laurie : tu me fais trop rire ^^ En même temps, si ça te plait de faire les courses, chacun son kiff’ hein… :)

    @ Les Chroniques du Plaisir : oui, je crois que je vais m’y mettre, parce que tout le monde me le conseille…merci du bon plan ;)

    @ margaux33 : roh la chanceuse ! T’as un mari parfait toi ! Tu me le prêtes ? (juste pour le jour des courses, t’inquiètes ^^).

    @ Mère Lacunaire : c’est essentiellement pour cette raison que j’exige d’aller faire les courses, même si ça me casse totalement les pieds !! Parce que bon, moi mon homme, quand je lui demande ce qu’il veut que j’achète, il me réponds « viande, pâtes, riz »…euuuuh, d’accord, mais moi avec ça, mon métabolisme, il fait grève au bout de 24h !!

    @ Satinelle : oui, je crois que j’ai pas mal cumulé…dans d’autres circonstances, j’aurais pu aimer ça (et puis, si j’avais eu le temps ce jour-là, ça aurait un peu changé la donne aussi :)).

    @ abcemploi : tant mieux si je te fais rire, c’est toujours ça de pris :) tu n’as pas tort, pendant une longue période post-galère-étudiante, j’ai aimé faire les courses, choisir de bons produits, acheter ce qu’il faut pour cuisiner un peu, etc. J’aime toujours ça d’ailleurs mais seulement 1. quand j’ai le temps, 2. quand le supermarché n’est pas blindé de monde (et à Paris c’est toujours le cas), 3… je crois que la liste est trop longue ! ^^

    @ emilie Sunny : aaaah, tu es d’accord avec moi ?! :)

    @ Emma : chez les commerçants et au marché, ça doit être beaucoup plus sympa effectivement. Déjà, tu vois du monde, il ne fait pas -12°c dans les rayons et puis tu as l’impression de sortir te balader, pas de perdre 2h de ton temps dans une sorte d’entrepôt mal éclairé…
    Tant mieux si je t’ai fait rire :) Je suis d’accord avec toi, les files d’attentes à la caisse, c’est ce qui me donne le plus envie de hurler !

  13. MELODY says:

    Bonjour ma chère coupine !

    Comment ça va ?

    Ahhh la corvée des courses ! J’avoue que je n’aime pas ça non plus ! Pour me convaincre que c’est essentiel, je pense à mes ptits lous et ça finit par passer tout seul … Le plus souvent, c’est mon homme qui fait les courses, j’adore !

    Passe une douce journée et à très vite !

  14. annick says:

    moi j’aime encore bien faire les courses, sauf quand il y a des chieurs qui laissent leur caddie n’importe où ou quand il y a des petits vieux. par contre, je préfère les faire seules. malheureusement pour les grosses courses suis obligée de me taper le géant et franchement parfois je préférerais qu’il reste dans la voiture parce qu’il est totalement inefficace :-)

  15. furiae says:

    Moi les courses ça va, mais pas quand il y a trop de monde et mon chéri qui court derrière moi désespérer quoi déteste les courses, du coup je commence à m’énerver j’attrape chaud aussi j’ai envie tomber dans les pommes et de me barrer, dans l’idéale je vais dans des magasins plutôt assez calme le soir ainsi pas d’embrouille mais c’est des magasins beaucoup plus petits donc parfois on n’y trouve pas tout.

  16. Cleophis says:

    J’adore faire les courses, j’y vais une fois par semaine ! Je ne fais pas de liste, c’est le meilleur moyen de tout oublier, je fais les rayons un par un, méticuleusement, et je regarde chaque produit en me demandant si j’ai besoin ou pas. Et contrairement à ce qui se dit, je n’achète pas plus parce que j’achète pour la semaine et je connais les quantités. J’ai essayé de passer par internet mais finalement le frigo était toujours vide ! Pour les monter à la maison, je porte le frais et mon mari monte les boissons en rentrant du boulot.

  17. So busy ! says:

    @ Melody : coucou ma belle ! Comment vas tu dis moi ? Ca fait un moment qu’on ne s’est pas envoyé nos petits mails ;) J’espère que tout va bien pour toi et pour toute ta petite famille. C’en est où pour l’appart’ ??! C’est sûr que les courses, c’est une corvée désagréable mais nécessaire…gros bisous ma belle, passe une bonne journée et à très vite !

    @ annick : aaaah, ces fameux chieurs qui laissent le caddie traîner en plein milieu de l’allée, j’adore moi aussi ^^ Je crois qu’on a le même géant, par contre, moi souvent, il ne m’aide qu’à remplir les sacs à la caisse et à les mettre dans la voiture :) (enfin, c’est toujours ça, mais bon…donc je compatis !!).

    @ Strass en Stock : Merci, c’est super gentil ! Oh là là, comme je t’envie si tu es seule dans le magasin !! Ce doit être très plaisant (je pense à demander un déménagement en Province pour noël du coup :)). Merci encore de ton passage et à très bientôt alors ! Bonne journée ;)

    @ furiae : je crois que je me mets dans les mêmes états que toi :) C’est assez catastrophique à chaque fois. Et hélas, je préfère éviter les tous petits magasins (plus cher que le supermarché bondé, je ne peux pas vraiment faire autrement pour l’instant). Un jour, je serai riche (mieux vaut que je me mente à moi-même pour continuer à aller faire mes courses ^^).

    @ Cleophis : ah ouais, toi tu aimes carrément ça ??! Et béh…je suis impressionnée, pour tout te dire ! Ce doit être vraiment génial, pour toi, si tu ne considères par cela comme une corvée. Faudrait que j’essaye, tiens, un jour où il n’y aura pas trop de monde, que je ne suis pas débordée, que j’ai mon aprèm toute entière, et que…bon, je crois que finalement ce n’est pas près d’arriver :)

Laisser un commentaire