Fêter Noël comme des enfants

 

Je trouve qu’on redevient tous un peu enfant à Noël. Même les adultes les plus endurcis et les plus réservés ne peuvent s’empêcher de sentir leur cœur un peu plus léger à l’approche des fêtes.

Plus jeunes, nous attendions avec une impatience à peine contenue ce moment où nous pourrions enfin ouvrir nos cadeaux et découvrir les trésors que nous avions si longtemps espéré recevoir. Nous ressentions, même à l’âge où nous étions persuadés que ces présents avaient été déposés par le Père Noël en personne, cette atmosphère si particulière des parents, proches ou amis qui se réjouissent de pouvoir faire plaisir.

Parce que c’est à cela que les fêtes de Noël consistent, finalement : à passer du temps ensemble et à ne se voir que pour une seule occasion, celle de célébrer un évènement tous ensemble, en famille, et de se sentir unis et heureux.

Il existe d’autres évènements dans l’année où nous pourrions nous réunir et ressentir cette émotion, c’est vrai. Toutefois, j’ai toujours l’impression que la période de Noël apporte avec elle une certaine magie, un élan général de gentillesse et de joie qui touche tout le monde.

Car, contrairement à un anniversaire où à une fête où le héros de la soirée sera le seul à être gâté, chouchouté, félicité, encouragé, Noël est bien le moment où toutes les personnes présentes reçoivent un cadeau, une attention, une gentillesse, aussi discrète soit-elle.

C’est donc forcément une journée où l’on ressent plus facilement l’envie d’exprimer sa reconnaissance aux autres pour ce qu’ils nous apportent et sa joie d’être présent. Et la boucle est bouclée ! C’est Noël, la présence de nos proches nous rend heureux, on transmet notre joie aux autres pour les en remercier, les autres sont heureux en retour. Si j’osais un syllogisme très réducteur, je dirai que Noël rend les gens heureux J

Mais je ne voudrais pas tomber dans le cliché non plus, ni enfoncer des portes ouvertes. Certains détestent Noël – et c’est bien leur droit le plus entier – car cette période de l’année est synonyme de rencontre annuelle avec une famille avec laquelle ils n’entretiennent que des rapports conflictuels, superficiels et distants. A Noël, dans quelques familles, la tradition est de rendre visite à tous les proches qu’on ne prend pas la peine d’aller voir le reste de l’année.

Pour ceux-là, il est certain que partir à la chasse au gnou des tropiques au fin fond du cercle polaire arctique par une température extérieure de -30°c apparaîtra comme une alternative plus attrayante que de passer trois heures d’affilée assis à écouter l’oncle Fernand débiter son laïus habituel et élogieux envers le Front National et la grande-tante Ginette qui perd à moitié la boule et qui sert généralement le dessert entre l’entrée et le plat.

Il est vrai aussi que se remplir la panse jusqu’à s’en rendre malade pour suivre le rythme des trop nombreux plats servis à table, parce qu’on est finalement là pour ça ou encore pour rompre l’ennui qui nous guette n’est pas de tout repos et risque souvent de nous laisser des traces de ce jour peu agréables dans l’estomac.

Toutefois, on redevient vite l’enfant qu’on était encore autrefois lorsque l’on découvre avec plaisir un cadeau bien choisi et qui correspond précisément à ce dont on avait envie depuis plusieurs mois sans penser le mériter. Soit parce que c’est un cadeau onéreux (une montre hors de prix), qui prend une place monstre dans l’appartement (un appareil de musculation multi-fonctions alors qu’on vit à deux dans un 25 mètres carrés) ou qu’il n’est a priori pas du goût de notre conjoint (une femme qui a peur des chiens, des chats et de tous les animaux à plus de deux pattes et qui offre tout de même un gros Saint-Bernard à son mari par exemple).

Noël est pour tous emprunt de souvenirs d’enfance, de magie et de rêve qu’il est parfois bon de se rappeler. J’aime tellement cette période, et je regrette qu’elle ne dure pas plus longtemps. Car sitôt Noël terminé et le train-train quotidien retrouvé, on oublie vite tout cet esprit si léger…jusqu’à l’année suivante, heureusement !

Vous aimerez peut-être aussi :

6 comments

  1. Laurie says:

    C’est beau quand tu parle de Noel So ! Moi aussi j’ai hâte d’y etre même si ça veut dire repas de famille pas toujours marrants à se remplir la panse… Mais j’ai hâte ! et au fait, jette un coup d’oeil sur mon blog, la magie de Noel a déjà commencée ;-)

Laisser un commentaire