Et depuis, je passe mes journées dans le noir

Ce jour-là, j’étais heureuse. Je te sentais bouger dans mon ventre, tu étais vive, tout allait bien, je le savais. D’habitude, avant chaque rendez-vous, chaque échographie, on se disait « mince, on espère que tout va bien ». Mais cette fois, non. Nous n’avons fait aucun commentaire, parce que nous étions dans notre bulle : sereins, calmes, rassurés.

pregnant-woman

C’est sûrement pour ça que le front plissé de l’échographiste nous a tant étonnés quand elle t’a regardée sur son écran en noir et blanc. Elle venait de nous montrer ton beau profil, ton petit nez retroussé, tes mains, tes petits pieds, et j’ai pensé « c’est bon, elle a deux pieds, deux mains, tout va bien ! ». Je me voyais déjà en train de le dire, toute fière, à nos proches. J’ai bien vu qu’elle revenait deux fois, trois fois, dix fois sur ton coeur. Mais comme je n’y voyais trop rien, et que j’étais sur mon nuage, je n’ai pas voulu en descendre tout de suite. Je me suis dit « non non, tout va bien, c’est bon ».

Quand elle nous a dit « bon, ce qui est sûr, c’est qu’il y a un gros problème avec le coeur de notre bébé », il a bien fallu redescendre, vite, très vite. J’ai réussi à contenir mes larmes, pour bien écouter la suite de ce qu’elle allait nous dire, mais j’ai senti la main de ton papa serrer la mienne beaucoup plus fort et les larmes couler sur ses joues. Elle nous a parlé avec douceur, nous a expliqué que tu avais une grave malformation au coeur, car tu n’avais pas du tout développé d’aorte, et que c’était hélas la partie la plus importante de cet organe puisque c’est elle qui achemine l’oxygène des poumons à tous les autres organes.

Elle a immédiatement appelé le chef de service, pour demander un deuxième avis, et là, j’ai rassuré ton papa en lui disant « attends, doucement, on va avoir plus d’infos, ils vont nous dire si c’est opérable, comment ça peut se passer, ce qu’on peut faire ». Mais apparemment, il n’y a rien à faire. Tant que tu vivras en moi, ton coeur compenseras, mais tu seras incapable de prendre ta première respiration à l’air libre. Tu ne pourras pas naître. Tu es « non viable », c’est le terme qu’a utilisé le médecin, « elle n’est pas viable ».

pregnant-woman-3

Depuis cette nouvelle, j’essaye de réaliser. De comprendre. D’assimiler. Parce que j’ai dit plus haut « ton papa » mais finalement nous n’aurons pas cette chance, celle de devenir ton papa et ta maman. Nous ne pourrons pas te voir. Parce que tout est fini avant même d’avoir commencé. Et que maintenant, il va falloir l’intégrer, le surmonter, et plus tard, faire d’autres projets. Sauf que jusque-là, notre projet, c’était toi. Depuis 5 mois, c’était toi.

5 mois, c’est court. Et en même temps, 5 mois, c’est terriblement long. Parce qu’on a eu le temps, pendant ces 5 mois, de se projeter, de t’imaginer rire avec celui qui serait devenu ton grand frère, de te rêver debout, à ses côtés, en train de faire des bêtises, de vous penser grandir côte à côte, partager vos jouets, votre goûter, votre bain, d’aller à l’école ensemble, enfin de faire tellement de choses…

Maintenant, il faut que j’accepte que tout ça n’arrivera pas. Il faut que je comprenne que ces tous petits coups de pieds que tu me donnes comme pour me faire coucou, je ne pourrai jamais les voir à l’air libre. Il faut que je réalise que ce n’est pas écrit comme ça, les jeux sont pipés depuis le début, même si vous venons tout juste de l’apprendre. Il faut que j’assimile que nous n’y sommes pour rien, nous n’avons rien fait de mal, et toi non plus : c’est hélas la vie qui nous joue un vilain tour, même si j’aurais bien voulu sauter mon tour pour cette fois ou perdre mon bras plutôt que de vivre ça. Et une fois que j’aurais réalisé tout ça, il faudra que je te laisse partir. Ce ne sera pas facile, je n’ai d’ailleurs aucune idée de comment je vais réussir à faire ça. Mais je sais que je n’ai pas le choix, il le faudra, c’est comme ça.

pregnant-woman-2

Depuis 5 mois, depuis même 21 mois, quand j’ai appris que j’étais enceinte de mon merveilleux premier bébé, je vis sur un nuage. J’ai accédé à un bonheur inouï, si fort qu’il en devient parfois presque violent. Et maintenant que j’ai appris que tout devait s’arrêter, le ciel est très, très noir, et j’ai du mal à l’imaginer redevenir aussi bleu et dégagé qu’il l’était jusqu’à maintenant.

Vous aimerez peut-être aussi :

This entry was posted in Maman.

44 comments

  1. lilyla says:

    Je vous souhaite de surmonter tous les 2 cette épreuve et que le ciel redeviendra bleu quand il sera temps d’ouvrir de nouvelles pages …

    • So busy says:

      Tout à fait. Quand j’arrive à faire face et à être rationnelle, c’est aussi ce que je me dis, qu’un jour, le ciel redeviendra bleu et qu’il sera temps de faire d’autres choses…
      Merci beaucoup pour ton gentil mot, en tout cas !

    • So busy says:

      Merci Sevy, même si aucun mot ou presque ne peut décrire ce qu’on a dans la tête (on a du mal à savoir nous-mêmes), des messages de soutien comme le tien sont très précieux et font chaud au coeur, c’est gentil

  2. Marianne Ciaudo says:

    Que de peine et d'injustice… J'espère que toi et ton compagnon vous êtes soutenu dans cette terrible épreuve et que vous êtes entourés et aimés. Je te souhaite beaucoup de courage pour les jours sombres à venir. Tu en as déjà beaucoup pour ta partager ta douleur avec autant de pudeur. Je t'embrasse et surtout, je te souhaite, pour un jour prochain, un peu de lumière.

    • So busy says:

      Coucou Marianne,

      Nous sommes très entourés, oui, et c’est une grande chance car cela nous aide beaucoup : ça n’enlève pas la peine, mais ça nous réconforte beaucoup, et c’est déjà énorme. Je te remercie beaucoup en tout cas pour ton gentil message, tes encouragements me sont très précieux, et j’espère moi aussi que la lumière ne tardera pas trop, un jour, à se montrer de nouveau.

      Je t’embrasse aussi, et te souhaite une belle soirée

  3. anne says:

    Vous lire me replonge 4 ans en arriére :'(
    une premiére grossesse qui fini en cauchemars! Ce nes pas tout les jours faciles méme si j’ai la chance d’avoir a la maison deux merveilles qui me comble, mais il me manque une petite parti de moi. Il vous faut du courage et surtout être entourer, beaucoup de soutiens. je suis de tout coeur avec vous. Courage

    • So busy says:

      Bonsoir Anne,

      Je suis vraiment désolée de l’apprendre :(
      Je vous remercie pour votre très gentil message qui me touche beaucoup. Heureusement, nous sommes très bien entourés, nous allons essayer de nous appuyer au maximum sur nos proches pour surmonter ça.
      Merci à vous pour vos mots réconfortants, en tout cas

  4. idez says:

    Bonjour Mylène,
    De tout coeur avec vous, sachant que nous savons ce que c’est d’entendre cette fameuse phrase :  » il y a un problème avec le coeur de votre bébé. »
    Dans notre malheur, nous avons eu de la chance, après 8 opérations notre petit garçon, qui a maintenant 11 ans, va bien.
    Je sais que pour l’instant c’est dur d’y penser mais la lumière va revenir vous éclairez bientôt.
    On vous embrasse fort

    • So busy says:

      Oh, cette nouvelle a dû être terrible à entendre, mais c’est fabuleux si après ces opérations, votre petit garçon vit sa vie normalement et est heureux, c’est le plus important.

      Je vous remercie en tout cas pour vos adorables pensées, et je vous embrasse aussi <3

    • So busy says:

      Je te remercie beaucoup pour ce très gentil message, je sais que c’est difficile de savoir quoi dire (on ne sait nous-mêmes pas quoi nous dire, donc…) mais ça me fait du bien, donc merci beaucoup pour ton soutien

  5. Séverine Herbio'tiful says:

    Je sais qu’aucun mots n’apaisent de telle peine mais je suis de tout coeur avec toi et je vous souhaite à tous les trois de très vite connaître de nouveaux bonheurs.
    Je t’embrasse et pense fort à toi.

  6. limok says:

    J’ai trouvé ton témoignage bouleversant et très touchant. Je ne peux pas imaginer votre peine mais je voulais vous apporter tout mon soutien à toi et a ta famille. Courage à vous, toutes mes pensées.

  7. Nassima Ben says:

    Je suis très triste en apprenant ce qui vous arrive.

    Je connais malheureusement ce qui se passe quand son monde s’écroule et que le ciel devient noir. J’ai aussi entendu cette phrase « Il y a un problème avec le coeur de bébé ».

    Je passe des moments difficiles aussi mais il faut du temps et du courage pour traverser tout ça. Je vous souhaite plein de courage et vous envoie plein d’ondes positives pour surmonter tout ça.

    Bises!

    • So busy says:

      Bonsoir Nassima,

      Je te remercie beaucoup pour ton message et ton témoignage, je suis très triste moi aussi d’apprendre que tu as aussi entendu cette phrase terrible et que tu as dû vivre les durs moments qui ont dû suivre.

      J’ai l’espoir que le temps, le soutien des proches et l’amour des siens puisse nous aider à vivre mieux par la suite et à traverser ça tant bien que mal… En tout cas, ton message est très réconfortant, et je t’en remercie.

      Je t’envoie moi aussi de très tendres pensées, beaucoup de courage et je t’embrasse

  8. Lili says:

    Je suis tellement désolée pour vous… Ma mère a vécu de tristes histoires comme la tienne. J’ai vu chaque jour la peine que ça lui a causée…

    • So busy says:

      Coucou Lili,

      Je te remercie, c’est gentil. Maintenant que je sais ce qu’on peut ressentir à l’annonce d’une telle nouvelle, je suis vraiment triste et désolée que ta maman ait dû passer par là plusieurs fois. J’espère qu’aujourd’hui, elle a pu trouver un peu de paix et de sérénité après des évènements sans aucun doute très difficiles…

  9. ninou ecolo says:

    Il est difficile de trouver les mots qui pourraient apaiser ta (votre) peine sache que je suis de tout coeur avec vous dans cette épreuve et que je vous souhaite qu’un beau ciel bleue revienne vite au dessus de vos têtes.

    Je t’embrasse fort.

    • So busy says:

      Coucou Ninou,

      Je te remercie beaucoup pour ton message, c’est vraiment gentil à toi.
      Moi aussi, je souhaite le revoir bientôt ce ciel bleu, espérons qu’il revienne prochainement…

      Je t’embrasse fort aussi

  10. Adorable emmerdeuse says:

    Je lis beaucoup, je commente peu …

    Mais ici je suis touchée par cette tranche de vie et je me permet un petit conseil en espérant qu’i soit bienveillant.

    « Parce que j’ai dit plus haut « ton papa » mais finalement nous n’aurons pas cette chance, celle de devenir ton papa et ta maman »

    Cette phrase m’a bcp interpellée… Je pense qu’il faut considérer ce bébé comme ayant été votre enfant… Dans les processus de deuil ainsi il faut reconnaître la perte. Je sais que c’est facile à dire mais considérez vous comme papa et maman, donnez lui son petit prénom, faites lui une cérémonie. Vous aurez besoin de ce processus pour avancer.

    Cette histoire me fends le cœur, je n’ose imaginer la douleur… je vous envoie sincèrement tout le courage que je peux, tout le soutien possible et je vous souhaite de surmonter ça et d’avoir une vie sous un ciel, bleu, rose, un arc en ciel de bonheur <3

    Amicalement

    Maud

  11. PetiteBelge says:

    De tout coeur avec vous dans cette épreuve si dure… Je ne trouve pas les mots, j’ai peur d’être maladroite, mais sincèrement, je vous souhaite de retrouver très vite le bonheur que vous méritez…

  12. jo3jeans says:

    Je t’envoie toutes mes ondes de chaleur et d’amour, je suis comme les autres avec toi dans cette épreuve et je ne peux même pas imaginer ce que tu ressens, tout juste toucher du doigt ce que cette nouvelle aurai fait comme dégât sur moi.
    Plein de bisous et un gros câlin de réconfort

  13. natieak says:

    Bonjour Mylène
    Je suis si attristé pour ce qui t’arrive que j’ai bien du mal à trouver les mots. J’espère que tu arriveras à surmonter petit à petit cette terrible épreuve.
    Toutes mes pensées vont vers toi et ton mari.

Laisser un commentaire