19 comments

  1. unicks says:

    hé oui, on se comprend! moi c’était plutôt « les filles c’est nul, je suis pas une fille » et finalement, me voilà sur la blogo depuis plusieurs années, sur hellocoton, à papoter sur mon blog de mes derniers achats et de trucs de fille. merde, je suis une fille… et en fait j’aime ça! mais uniquement avec les blogocopines en fait.

    • So busy ! says:

      Mdr, oui, celle-là j’ai dû la faire aussi remarque ^^ Mais entre blogcopines, effectivement, c’est un peu « à part » : on est entre nous, donc on peut se le permettre… pour retrouver notre contradiction légendaire dans la « vraie » vie :)

  2. Audrey_tdp says:

    Coucou !
    Je me reconnais tout à fait dans ce que tu décris…on a toutes envie d’écrire avec nos mots à nous, de partager avec les autres.
    J’ai ouvert mon blog récemment suite au conseil d’une amie, parce que j’aime bien écrire, lire et faire découvrir ce que je fais. C’est surtout cela qui me plaît.
    Et ces richesses comme tu en parles, cela me touche, m’émeut, j’ai envie d’y participer. C’est aussi cette liberté que nous apporte notre blog et la possibilité de partager notre ressenti, nos émotions, nos joies, nos peines, nos coups de gueule.
    Très joli billet, bravo à toi et merci de souligner toutes ces jolies découvertes que nous permet la blogosphère féminine.

    • So busy ! says:

      C’est rigolo, car c’est ce que je ressens aussi : comme si la blogosphère était un tourbillon joyeux et pétillant auquel on a très envie de prendre part à notre tour.

      Je suis ravie que ton blog t’apporte autant à toi aussi :) Et merci pour ton compliment, c’est très gentil à toi !

      Passe une bonne journée, et à bientôt ! Bises ;)

  3. Colinette says:

    Pour avoir arrêté de blogguer contre mon gré pendant deux trois semaines, je peux te dire que psychologiquement, le blog ,a un impact de dingue. Je suis plus épanouie quand je publie. J’aime ta décision !

  4. fromtherivieratothesmog says:

    « une immense bande de nanas toutes différentes mais pourtant toutes mûes par une même passion : celle de décrire le monde qui les entoure… avec leurs mots à elles. »
    Belle définition, j’adore !
    Il y a quelques années je me disais qu’avoir un blog, c’était une démarche narcissique et que ça ne m’intéressait pas. Maintenant je ne pourrais plus m’en passer et plus que du narcissisme, j’y vois un moyen de s’épanouir, en osant écrire, réfléchir, partager…

  5. Melolimparfaite says:

    Très joli post ! Si tu me parles Stendhal et Maupassant on ne peut que s’entendre :)
    Mais tu le dis si bien, besoin d’utiliser mes mots sur le monde, sur les gens, sur beaucoup de chose.
    Je n’ai pas encore trop fait mon « coming out » envers mon entourage car j’aurais peur de ne plus pouvoir m’y exprimer ouvertement et parce que la critique d’un proche fait plus mal que celle d’un inconnu, aussi. ces fameux commentaires anonymes qui semblent porter un visage un peu trop connu..
    Des bises, amie de plume
    http://melolimparfaite.blogspot.fr/

Laisser un commentaire